Étude de cas

Formation aux compétences essentielles et préparation à l’entrée sur le marché du travail au Kenya

Orientation
Préparation
Adéquation
Prestataires

Le CAP Youth Empowerment Institute Kenya (CAP YEI Kenya) est une organisation non gouvernementale fondée en 2011. Initialement créée sous la forme d’une filiale de la Fondation CAP (Communauté et progrès) indienne, elle ne dépend plus aujourd’hui de l’appui technique de l’Inde.

 

Grâce à des financements de la Fondation MasterCard, CAP YEI Kenya met en oeuvre la « Basic Employability Skills Training (Formation aux capacités d’insertion professionnelle de base – BEST) », un programme de préparation à l’entrée sur le marché du travail pour les jeunes vulnérables. D’une durée de trois mois, le programme BEST est composé de différents modules qui « font le lien entre apprentissage et moyens de subsistance ». La formation aux compétences essentielles (« Life Skills ») fait partie intégrante et sert de fondement à toutes les autres composantes du programme BEST.

 

CAP YEI Kenya gère actuellement 17 centres de formation et prévoit d’en créer d’autres dans le pays.

Groupes cibles

CAP YEI Kenya cible les jeunes vulnérables de 18 à 30 ans. Parmi les exemples de vulnérabilité, il est possible de citer la pauvreté, le décrochage scolaire, la maternité précoce ou les démêlés avec la justice.

 

Les jeunes qui

  • possèdent une carte d’identité nationale
  • ont au minimum terminé l’école primaire,
  • ne sont ni scolarisés, ni en formation, ni dans la vie active,
  • sont prêts à participer à l’intégralité des trois mois de formation

peuvent être acceptés au sein du programme BEST après un court entretien. Comme indiqué cidessus, la sélection favorise les jeunes en situation de vulnérabilité.

 

CAP YEI s’efforce toujours de créer des partenariats avec les entreprises installées à proximité qui cherchent à embaucher des travailleurs. Les entreprises qui s’engagent à présenter leur environnement de travail et leur entreprise aux jeunes et qui leur attribuent des mentors pour les superviser pendant la phase pratique de la formation bénéficient ensuite de jeunes travailleurs préparés et motivés.

Objectifs

Le programme BEST offre aux futurs travailleurs une préparation à l’entrée sur le marché du travail axée sur les opportunités. Par le biais de ce programme, CAP YEI s’efforce de lutter contre le paradoxe qui fait que le Kenya affiche un taux de chômage élevé malgré une économie en plein essor en raison de l’inadéquation des compétences et de disparités entre les programmes des établissements de formation et les besoins de l’industrie.

 

Le cycle de formation complet couvre les compétences techniques, les compétences essentielles, la préparation à l’entrée sur le marché du travail et une formation financière de base. Il offre des passerelles avec les stages, les emplois et le statut de travailleur indépendant. En mettant l’accent sur les compétences essentielles et sur la préparation à l’entrée sur le marché du travail parallèlement à la formation technique, la formation s’efforce de pallier une tendance qui semble se renforcer actuellement sur le marché du travail et par laquelle « les employeurs embauchent souvent sur la base de compétences techniques, mais licencient en raison d’un manque de compétences essentielles ».

 

La formation BEST couvre l’intégralité des objectifs de base des services pour l’emploi, y compris l’adéquation et le placement. La composante « compétences essentielles » de la formation (sous la forme d’un module autonome mais aussi d’un thème transversal abordé dans d’autres modules de formation) met l’accent sur l’orientation et la préparation. CAP YEI exige que le personnel des centres de formation s’assure que tous les participants suivent des stages car ces derniers constituent souvent une étape de transition vers l’emploi. Il favorise ainsi l’adéquation entre les jeunes et les employeurs potentiels.

Approche de l’intervention

CAP YEI encourage le développement autonome des jeunes. Les compétences essentielles sont fondamentales quel que soit le moyen de subsistance choisi. Elles sont, avec les capacités d’insertion professionnelle adaptées au marché du travail, au coeur de la formation BEST. La formation aux compétences essentielles aide les jeunes à se montrer actifs et à mieux gérer les situations professionnelles et privées.

 

Les compétences essentielles regroupent une série de compétences physiques, sociales et personnelles qui aident les individus à gérer leur vie quotidienne avec efficacité, confiance et compétence. La formation aux compétences essentielles a pour but d’aider les jeunes à mieux se connaître et de les préparer au marché du travail formel. Cela est important, car les employeurs sont à la recherche non seulement de compétences techniques de base mais aussi d’honnêteté, de ponctualité, de compétences de communication et d’esprit d’initiative. Les compétences essentielles sont considérées comme une condition préalable essentielle à la préparation à l’entrée sur le marché du travail. En mettant fortement l’accent sur l’estime de soi et la pensée positive, la formation aux compétences essentielles (« Life Skills ») permet aux jeunes de se doter progressivement de comportements et d’attitudes qui les aident à réussir dans le monde du travail. Dans le même temps, elle aide à prévenir des problèmes tels que l’absentéisme, la consommation de drogues et les grossesses des jeunes.

 

La mise en oeuvre du modèle BEST se déroule en neuf étapes. Les trois premières étapes sont préparatoires, la dernière est consacrée à l’évaluation, les étapes quatre à huit concernent directement les participants (voir « Activités »). Il est important de noter que tous les cycles de formation commencent par une analyse des demandes du marché du travail et par l’identification de profils de compétences de base et de mentors dans les entreprises. Les contenus des formations techniques sont tous élaborés en coopération avec des entreprises du secteur privé.

 

 

La formation en elle-même (étapes 4 à 8) est dispensée par des formateurs qualifiés (le personnel de CAP YEI qui assure la formation théorique est formé au modèle BEST) et par des mentors dans les entreprises (pratique professionnelle). Les compétences essentielles font partie des étapes 4 à 8.

 

Des méthodes différentes et variées sont utilisées pour développer les compétences, notamment des jeux de rôle, des cours, des narrations, des jeux, des simulations d’entrevue, des études de cas, des discussions en petits groupes et des vidéos. Les interventions des mentors jouent également un rôle clé car ils abordent des questions importantes telles que la santé sexuelle et reproductive, la prévention de la consommation de drogues et la résolution des conflits.

 

Étapes vers la pérennité: depuis 2018, chaque étudiant doit payer des frais d’inscription de 2 000 shillings. En outre, CAP YEI a commencé à gérer une entreprise commerciale pour contribuer à l’autofinancement du programme.

 

Institutionnalisation et transposition à grande échelle: au cours des cinq ans de la phase actuelle du projet, CAP YEI vise à intégrer le modèle BEST dans le cursus technique du pays. Pour cela, CAP YEI a créé une formation au renforcement des capacités pour les centres de formation professionnelle.

Activités

Les participants sont les principaux moteurs de leur propre apprentissage:

 

pendant la phase d’introduction (étape 4 du programme BEST), les participants élaborent des objectifs d’apprentissage individuels et les valident avec les formateurs. Les participants découvrent l’approche d’apprentissage participatif et ses méthodes et choisissent parmi les options de formation technique adaptées au marché du travail. À ce stade, la formation aux compétences essentielles commence par une exploration de soi-même. Celle-ci comporte des aspects tels que l’identification des points forts et des points faibles. Les participants et les formateurs mettent à jour le Plan individuel d’apprentissage et de développement des jeunes (Individual Youth Learning and Development Plan – IYLDP) une fois par mois pour garder une trace et réfléchir aux progrès individuels.

 

La formation (étape 5) est composée de différents cours, par exemple une formation théorique aux compétences essentielles, la découverte des professions possibles et une variété d’options de formation technique parmi lesquelles les étudiants peuvent choisir. La formation a également recours à des conférenciers invités et à des visites sur le terrain. La partie consacrée aux compétences essentielles regroupe des éléments sur la connaissance de soi (identification des points forts, valeurs, points faibles, objectifs personnels, vécu historique réfléchi et systèmes de croyance), des compétences personnelles et relationnelles (communication, gestion du temps, autogestion, genre et sexualité, résolution des conflits, auto-motivation, prise de décision, etc.) et d’autres compétences liées à l’emploi salarié ou indépendant (gestion financière, stratégie et techniques de candidature à un poste, etc.). Elle sert de fondement à tout ce qui suivra, qu’il s’agisse d’une formation technique, de l’acquisition de compétences comportementales, d’une expérience professionnelle pratique ou de la transition vers un emploi salarié ou indépendant.

 

L’étape 6 attribue des missions aux participants. Les stagiaires sont envoyés dans des entreprises pour mettre leurs compétences en pratique. Les stages et la formation en entreprise, qui durent en moyenne quatre semaines, sont réalisés en partenariat avec des entreprises.

 

Le module de préparation à l’entrée sur le marché du travail (étape 7) aide les étudiants à préparer leur CV; il comprend des (simulations d’)entretiens, des informations sur le comportement au travail et les aspects liés au genre et différentes formes d’appui par les pairs.

 

La formation se termine par de l’aide au placement (étape 9). Tous les participants qui recherchent un emploi salarié sont placés auprès d’employeurs potentiels pendant une durée moyenne de quatre semaines afin de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Ceux qui souhaitent lancer leur propre entreprise sont orientés vers des programmes d’aide et de formation à la gestion entrepreneuriale et financière (programmes d’aide au démarrage).

Ressources

Budget

  • Le coût brut moyen par étudiant s’élève actuellement à environ 400 USD (tendance à la baisse). Ces coûts comprennent le personnel, l’appui technique, les installations, les équipements, les supports de formation et toutes les opérations.

 

Personnel

  • 120 salariés au total (majoritairement des formateurs, des coordinateurs de centre et des managers);
  • Un siège national avec moins de 20 salariés pour coordonner toutes les opérations du programme, former les formateurs à la méthode BEST et faire le lien avec les donateurs, les partenaires et le gouvernement.

 

Ressources physiques

  • Au minimum deux salles de formation et un bureau (partagé) par centre;
  • Chaises, tables, bureaux et armoires de rangement;
  • Laboratoire informatique dans chaque centre pour la formation informatique de base: ordinateurs portables et ordinateurs de bureau;
  • Écran de télévision ou projecteur;
  • Routeurs pour la connexion à Internet;
  • Fournitures de bureau;
  • Équipements supplémentaires spécifiques en fonction des exigences des formations techniques.

 

Ressources technologiques

  • Accès à Internet dans chaque centre
  • Système de gestion des informations
  • Système de SMS pour la communication
  • Système d’inscription en ligne personnalisé
  • Plate-forme de transmission numérique (pour chacun des centres)
  • Utilisation d’Internet et des réseaux sociaux pour la communication et la promotion
Résultats
  • Les modules de formation BEST éprouvés (contenu axé sur les demandes du marché du travail et méthodes de formation modernes avec phase pratique) sont standardisés dans un modèle qui peut être utilisé par les centres de formation professionnelle publics.
  • La formation des formateurs, l’apprentissage individuel des jeunes et les plans de développement ont prouvé leur utilité.
  • 17 centres BEST CAP YEI sont établis dans plus de 10 comtés (sur 47) au Kenya. Chaque centre enrôle jusqu’à trois promotions de participants par an avec une moyenne de 35 à 80 étudiants par promotion, selon le centre. À ce jour, 11 804 jeunes ont été inscrits et formés ; 9 945 jeunes ont obtenu un diplôme et 7 655 jeunes ont trouvé un emploi par le biais de ces centres (chiffres de 2016).
  • Le taux d’emploi moyen est de 75 %;
  • 8 % des participants lancent leur propre petite entreprise.
  • Des centres supplémentaires sont appuyés par différents donateurs. Fin mars 2018, 27 centres appliquaient le modèle BEST au Kenya.
  • Dans le cadre de l’approche de transposition à grande échelle de CAP YEI, la formation au renforcement des capacités touche déjà 15 comtés ; 60 centres de formation professionnelle sont couverts par 122 instructeurs.
  • À eux tous, les centres ont touché plus de 32 000 jeunes au total.
Conseils aux professionnels

Selon le directeur exécutif, les facteurs de réussite de CAP YEI sont les suivants:

  1. CAP YEI met fortement l’accent sur les besoins et les aspirations des jeunes (notamment l’aspiration principale: trouver un moyen de subsistance) tout en tenant compte des besoins des employeurs (pour lesquels l’identification de bons travailleurs est un élément crucial). La clé de la réussite tient dans la capacité à faire coïncider tous ces besoins.
  2. Le programme CAP YEI est constamment revu en fonction des enseignements de l’expérience et est suffisamment flexible pour permettre un ajustement des outils et des processus lorsque les jeunes n’en tirent pas suffisamment de bénéfices. Chaque cycle de mise en oeuvre se termine par une évaluation (étape 9 de la méthode BEST). CAP YEI demande toujours du feed-back et s’intéresse autant aux appréciations positives qu’aux commentaires négatifs.
  3. Le modèle BEST est un programme qui peut être adapté à différentes conditions et à différents besoins. Robuste et pourtant flexible, le modèle génère des méthodes structurées pour motiver les employeurs, inculquer des compétences essentielles et des compétences techniques aux jeunes, faire le lien entre les jeunes et les opportunités, évaluer constamment et apporter un appui après la formation.
  4. Patience et endurance sont également nécessaires pour convaincre les gens par des actions et des résultats (plutôt qu’avec des mots).
  5. Le message que CAP YEI au Kenya souhaite transmettre aux professionnels du monde entier est simple: « Écoutez attentivement les jeunes et les employeurs; basez vos décisions sur les faits, soyez prêt à changer lorsque vous avez tort, trouvez le maximum de méthodes possibles pour inciter les employeurs à participer au programme! ».
Glossaire

Aucun résultat

Recherche en cours

Résultats:

La recherche ne donne aucun résultat.