Étude de cas

Salons de l’emploi Kosovo

Service
de l'emploi:
Salons de l’emploi
Orientation
Préparation
Adéquation
Orientation
Préparation
Adéquation
Prestataires
Les salons de l’emploi sont organisés, planifiés, mis en œuvre et évalués par un réseau de prestataires composé:
  • des municipalités, qui jouent un rôle clé dans l’organisation, la coordination et l’évaluation des salons de l’emploi annuels;
  • des agences publiques de l’emploi, qui jouent un rôle clé dans l’organisation des salons locaux;
  • du secteur de la jeunesse (par ex. conseils locaux de la jeunesse, services municipaux chargés de la jeunesse, centres et organisations pour la jeunesse), qui dispose d’un accès privilégié aux jeunes; des employeurs, qui sont à la fois partenaires contributeurs et bénéficiaires (exposants). Des institutions du secteur privé (par ex. chambres de commerce, associations sectorielles) aident à sensibiliser les employeurs.
Groupes cibles
Pour ce qui est de l’offre, les jeunes diplômés et les demandeurs d’emploi sont invités au salon et à une formation préparatoire (juste avant l’événement) par le biais du secteur de la jeunesse et des médias. Les entreprises bien implantées à la recherche d’employés à long terme, de travailleurs saisonniers ou de stagiaires sont les principales bénéficiaires de la demande sur le marché de l’emploi.
Objectifs
Au niveau des groupes cibles:
  • Le principal objectif de l’événement est de rapprocher l’offre et la demande et de placer un grand nombre de jeunes (emploi, stage ou activité indépendante) pour pourvoir de nombreux postes vacants.
  • Une formation à la rédaction de CV et à l’entretien d’embauche est assurée par les institutions du secteur de la jeunesse peu avant l’événement, afin de préparer les jeunes demandeurs d’emplois à tirer le meilleur parti de l’événement.
Au niveau institutionnel:
  • La coopération des divers prestataires permet au réseau d’atteindre un objectif commun d’intérêt général. Chaque institution partenaire apporte ses atouts spécifiques et agit dans le cadre de son mandat.
  • Ce type de salon de l’emploi est devenu un modèle au Kosovo. Il fait l’objet d’améliorations per manentes. Les exemples de bonnes pratiques sont diffusés auprès d’autres municipalités.
Ces salons de l’emploi donnent la priorité à la mise en adéquation de l’offre et de la demande et au placement professionnel. Les formations préparatoires à la candidature permettent aux jeunes demandeurs d’emploi de tirer le meilleur parti du service de l’emploi. Le nombre et le type de postes vacants proposés par les entreprises font apparaître un segment du marché du travail où la demande de main d’œuvre est importante. Ces informations peuvent être utilisées à des fins d’orientation.
Approche de l’intervention
Collaboration avec les acteurs locaux (contexte)
  • Lors de réunions des parties prenantes dans trois municipalités pilotes, les salons de l’emploi ont été l’un des services de l’emploi identifiés comme un outil efficace et pratique de promotion de l’emploi des jeunes, entre autres.
  • Différentes institutions collaborent à la promotion de l’emploi des jeunes au niveau local: l’administration municipale apporte les ressources humaines et budgétaires et organise les salons
  • en collaboration avec les agences publiques de l’emploi et le secteur de la jeunesse.
  • Des équipes organisatrices interinstitutionnelles sont constituées pour planifier et mettre en œuvre les salons de l’emploi.
Salon de l’emploi axé sur le placement professionnel
  • Le point de départ est la demande actuelle spécifique de travailleurs, employés et stagiaires for mulée par les entreprises locales. La demande de main d’œuvre qualifiée est évaluée de manière pragmatique et coordonnée en associant les services de la municipalité concernés (par ex. Développement économique) et les antennes locales des services nationaux de l’emploi.
Sensibilisation des employeurs
  • En collaboration avec des institutions du secteur privé (par ex. chambres de commerce, associations sectorielles ou professionnelles), les employeurs sont contactés et reçoivent des modèles simples pour rédiger des offres d’emploi destinées à chaque poste vacant. Le nombre de postes à pourvoir va de 200 à 500 par salon (pour des villes de 70 000 à 110 000 habitants).
Sensibilisation des jeunes
  • C’est sur la base de ces postes et profils de postes vacants que s’établit la communication avec les jeunes avant et durant le salon.
  • Cela crée un mécanisme de filtrage en douceur: les jeunes intéressés par les postes annoncés et par les possibilités de formation en milieu de travail sont attirés par le salon, et personne n’est exclu de la participation.
  • Les jeunes ont accès à une formation préparatoire à la candidature à un emploi, dispensée par des institutions partenaires du secteur de la jeunesse. Pendant le salon, un « atelier de rédaction de CV » offre un soutien similaire pour les visiteurs spontanés.
Suivi
  • Évaluation. Une première série de commentaires est recueillie auprès d’un échantillon de jeunes visiteurs choisis de manière aléatoire et de l’ensemble des employeurs/exposants du salon. Une seconde évaluation a lieu un ou deux mois après l’événement pour recueillir des informations précises sur les résultats obtenus (nombre d’entretiens d’embauche, de placements).
  • Après le salon, une réunion de réflexion rassemblant tous les acteurs locaux permet de dresser le bilan des résultats de l’évaluation et de recueillir l’ensemble des points de vue et expériences.
  • Les bonnes pratiques et les commentaires sont compilés dans des lignes directrices de mise en œuvre (en vue de la mise en œuvre suivante et de la diffusion des bonnes pratiques auprès d’autres municipalités).
Activités
L’événement, qui dure une journée, est l’aboutissement d’une phase de préparation longue et intense.
Le salon de l’emploi propose notamment les activités suivantes:
  • Deux bénévoles enregistrent les jeunes participants avant l’événement ou de simples visiteurs à l’entrée du salon (nom, lieu de résidence, téléphone, courriel).
  • Une liste de tous les postes vacants est affichée à l’entrée.
  • Brefs discours d’ouverture du maire de la ville, de l’agence publique pour l’emploi et des sponsors.
  • Les participants se rendent à l’« Atelier de rédaction de CV » en vue d’obtenir de l’aide pour remplir les dossiers de candidature et/ou préparer des CV succincts.
  • Les rencontres entre jeunes demandeurs d’emploi et employeurs exposants sont la principale activité du salon.
  • Les employeurs fournissent directement des informations sur les postes qu’ils proposent, récupèrent les CV et sélectionnent les candidats conviés à un entretien d’embauche au sein de l’entreprise.
  • Les commentaires des employeurs et des jeunes demandeurs d’emploi sont recueillis.
Ressources
Ressources humaines
  • Le Comité de pilotage (réunion des acteurs locaux), en collaboration avec ses partenaires, planifie, organise et évalue le salon en y associant les parties prenantes le cas échéant.
  • Un coordinateur principal énergique, doté d’excellentes compétences en matière de communication, de questions sociales et de gestion de projet, contribue à établir des partenariats solides entre les acteurs et coordonne les processus.
  • Soutien complémentaire assuré par de jeunes bénévoles.
Durée
  • La phase de planification dure deux à trois mois et demande plusieurs réunions.
Budget
Des ressources budgétaires sont nécessaires pour:
  • la location du site, des stands et de l’équipement technique
  • la production et la diffusion des supports de promotion
  • la formation préparatoire
  • les services (nettoyage, traduction si nécessaire, petite restauration)
Résultats
Chaque salon rassemble entre 25 et 40 exposants (employeurs) et accueille de 300 à 1 300 visiteurs. 70 étudiants ont obtenu un stage en 2016. À partir de l’expérience de sept salons de l’emploi organisés dans cinq grandes villes du Kosovo, des instructions de mise en œuvre ont été élaborées pour aider quatre autres villes à organiser un salon.
Conseils aux professionnels
  • Les municipalités ayant intérêt à avoir un marché de l’emploi dynamique, elles peuvent être prêtes à allouer une part de leur budget municipal à un salon de l’emploi local.
  • Pour qu’un salon débouche sur un taux élevé de placement professionnel, il faut commencer par approcher les employeurs et les aider à rédiger des offres d’emploi.
  • Une large sélection d’emplois vacants est la base de toute communication avec les jeunes demandeurs d’emploi. Elle permet de filtrer les jeunes intéressés sans exclure personne.
  • Associer les institutions proches des groupes cibles pour favoriser la sensibilisation (par ex. centres de jeunesse et ONG pour la jeunesse, chambres de commerce et associations d’employeurs).
  • Identifier les avantages potentiels du salon pour les employeurs et les jeunes demandeurs d’emploi et créer des messages pour promouvoir le salon auprès des deux groupes cibles (dans des langages différents, par le biais de médias différents).
  • Créer une marque (logo, slogan) et diffuser les supports publicitaires.
  • Préparer les jeunes demandeurs d’emploi au salon est essentiel pour leur permettre de bénéficier pleinement de cet événement.
  • Il est important de procéder à une dernière vérification juste avant l’événement pour s’assurer que tout est prêt (par ex. locaux préparés, formateurs et cours préparés, jeunesse informée, derniers appels de confirmation aux employeurs pour éviter les stands vides et les visiteurs déçus, présence des médias, intervenants, volontaires, formulaires d’évaluation).
  • L’interprétation des résultats de l’évaluation à partir de différents points de vue constitue à la fois une bonne conclusion (saluer les réalisations et identifier les enseignements tirés de l’événement) et un bon point de départ pour l’organisation du prochain salon.
  • Le travail en groupe permet d’obtenir de meilleurs résultats que le travail individuel. L’établissement de réseaux et la collaboration entre différentes institutions est un facteur de réussite essentiel pour les salons de l’emploi (et d’autres services de l’emploi).
  • Afin de maintenir l’engagement des partenaires, les organisateurs doivent avoir de bonnes aptitudes relationnelles, d’excellentes compétences en communication ainsi que de la patience et de la persévérance.
« Le tout est plus grand que la somme de ses parties » (Aristote)
Glossaire

Aucun résultat

Recherche en cours

Résultats:

La recherche ne donne aucun résultat.